Assassin’s Creed Origins : LA renaissance

Il faut rendre à l’Egypte ce qui lui appartient et à Ubisoft aussi. La franchise des Assassin's Creed (AC) a été pendant longtemps une de mes franchises préférées.

Innovante, d’une beauté à couper le souffle souvent, le free run, la classe graphique naturelle des premiers héros, le scénario, tout était réuni pour un carton vidéo ludique. Et ce fut le cas. Jusqu’à la chute comme je l’indiquai dans un article du même nom qu’Elena a gentiment remis en ligne sur son blog.

Pour ceux que la relecture de cet article fatiguent d'avance je résume un peu :

J’ai quitté l’univers PC pour l’univers console (XBOX360 à l’époque) avec Assassin’s Creed. Suivre les aventures d’Altaïr et de Desmond fut l’un de mes moments de jeu préféré. Puis arriva la claque Ezio et la trilogie qui lui fut dédiée, faisant de ce dernier qu’on le veuille ou non l’un des plus grands personnages du jeu vidéo. Et puis petit à petit cédant à la facilité Ubisoft n'a plus pensé qu’à la pompe à fric que représentait la franchise. Oubliant tout ce qui faisait son intérêt, privilégiant comme beaucoup à l’époque le casual gaming, qui très souvent s’accompagne d’un sévère rognage du scénario. Et oui comment faire complexe pour des joueurs occasionnels. Donc la franchise a petit à petit perdu son âme pour s’écrouler lors du lancement de la xbox one avec Assassin’s Creed Unity. A tel point qu’Ubi fut forcé de rembourser les clampins qui comme moi avaient acheté le season pass…

Plus de deux ans après et pour le lancement de la One X Ubisoft a visiblement écouté la fan base, la vraie. Ils nous ont écouté, nous les gamers qui avons platiné le jeu comme disent les jeunes, qui refaisions les missions pour les 100% de synchro, les coffres et tout le reste.

Ils nous ont offert une renaissance et quelle renaissance ! Un personnage aussi charismatique qu’Ezio et Altaïr, une époque et quelle époque (l’Égypte Antique), une bande son parfaite, un gameplay nettement plus agréable que les précédents et surtout une histoire, pas une petite histoire (même si finalement elle est assez courte), non l’histoire de l’origine de la confrérie des assassins, ni plus ni moins.

Ubisoft nous donne le sentiment de nous retrouver à nouveau chez nous, rien n’est laissé au hasard, les clins d’oeil sont nombreux et en ce qui me concerne tout fait sens.

Alors oui, bravo Ubi, bien joué, vous êtes arrivés là où je ne vous attendais plus et pour ça il n’y a qu’un mot : félicitations !

Alors maintenant que trouve t-on dans cet ACO ?

http://www.evinnikova.com/wp-content/uploads/2018/01/fullscreen10-1024x720.jpg

Le dernier des Medjays tu seras

Encore une fois ici il n’est pas question de test, pas question de framerate, de spoilers ou autre, il n’est question comme dans chacune de mes modestes chroniques que de ressenti vis à vis d’une œuvre qui a pour vocation de vous emmener loin.

Pour vous emmener il vous faut un guide, et quel guide que celui là !

Les AC ne vous permettent pas de façonner votre personnage autrement que par ses tenues. Le principe reste respecté mais il voit désormais une légère dimension rpg apparaître puisque vous pouvez sélectionner l’ordre d'évolution de vos compétences, tout comme vous pouvez améliorer votre équipement etc.

Notre héros ici s'appelle Bayek, homme dans la pleine force de l’âge que l’on incarne à un moment où s’accomplit déjà son acte de vengeance. Car pour une fois Ubi nous plonge directement dans le sujet, pas d'accompagnement d’un personnage qui se découvre mais l’accomplissement d’un acte déjà réfléchi et justifié. Ensuite la traditionnelle technique du flashback nous apprendra plus de choses sur les choix de Bayek et le serment qu’il s’est fait..

Je ne dévoilerai rien de plus du scénario, ce serait dommage. Bayek étant Medjay il accomplit son devoir de protecteur (à la fois enquêteur, juge et bourreau)  de l’empire du pharaon. L’arc narratif se place en pleine guerre entre Ptolémée et sa sœur Cléopâtre ce qui vous l’aurez compris nous permettra de croiser comme dans chaque AC beaucoup de figures historiques du moment.

Nous avons un personnage grand d’âme et de cœur, juste, avec pour la VF une voix, qui contrairement à beaucoup des conneries que j’ai pu lire ici et là, sonne raccord.

Plusieurs épisodes de l’arc principal sont touchants voir poignants et parleront par contre beaucoup plus à un public adulte qu’à un public ado, tout simplement parce que les thématiques abordées ne peuvent être bien comprises que via une expérience que seul l’âge à mon sens justifie. Même si je te vois bondir d’ici jeune ado gavé de games pour m’assassiner à coup de lance et m’expliquer que justement non toi aussi tu sais, crois moi je persiste et je signe ce ne sera pas le cas sauf à,par exemple, être déjà parent 🙂

Quand au petit frisson qui vous parcourt l’échine lors de certaines cinématiques et bien je confirme sa présence, surtout vers la fin de l’histoire.

http://www.evinnikova.com/wp-content/uploads/2018/01/fullscreen16-1024x720.jpg

Des prouesses tu accompliras !

Bayek est de par son statut, et comme tout assassin, doué pour le combat. Ici nul besoin de lui apprendre les bases comme avec Ezio, il les connait. Par contre le léger aspect RPG introduit ici un arbre des compétences divisé en trois parties qui vous permettra de faire progresser Bayek en fonction de votre façon de jouer. Vous pouvez donc privilégier le combat, l’attaque à distance ou les poisons (pour faire simple) avec quelques compétences assez sympa comme le tir en plein saut, ou encore la capacité d’apprivoiser des animaux sauvages. N’ayez crainte vous aurez la possibilité de tout débloquer si vous explorez tout le jeu.
Les compétences comme toujours s’activent avec des points de compétence (1, 2 ou 3 selon le niveau de la compétence), points que l’on gagne comme toujours grâce à la collecte d’XP. Cette dernière est assez facile et le levelling se fait sans difficulté, ce n’est en tout cas ici pas  le moteur de l’action c’est sans doute pour ça que c’est aussi simple. D’ailleurs je vous conseille de sélectionner dès le départ le mode difficile, qui déjà à mon sens ne comporte pas de difficultés majeures.

NB : Ubi a ajouté lors d’une mise à jour récente un nouveau niveau de difficulté mais il ne s’agit pas d’un nouveau scriptage des actions pour les pnjs, juste de l’augmentation de leurs dégâts au coup porté. Ainsi en deux coups hop vous êtes mort ! Bref peu intéressant de mon point de vue, par contre l’option qui vous permet d’aligner le niveau des ennemis les plus faibles sur le votre est nettement plus intéressant (inspiré de The Witcher) je vous invite à cocher la case dès le départ.

Bayek donc sait se battre mais à l’inverse d’Ezio et des autres assassins il n’est pas taillé pour le combat contre de nombreux adversaires, soyez donc prudent car dès que 3 ennemis sont après vous ça peut devenir problématique, surtout au départ. C’est assez logique et force un tout petit peu plus le gameplay sur l’aspect “stratégique”. Rien à voir cependant avec la difficulté d’un Splinter Cell ou même du premier AC quand à l’infiltration, les Pnjs étant quand même pas bien futés.

Mais alors pourquoi limiter le personnage, c’est vrai Edouard se battait facile contre 10 adversaires ! Et bien d’une part Edouard était un pirate habitué à se battre sur des ponts de navires grouillants d’adversaires, d’autre part il avait 4 pistolets ^^

Non l’une des raisons par contre peut être de vous pousser à utiliser le sixième sens de Bayek !!

http://www.evinnikova.com/wp-content/uploads/2018/01/fullscreen13-1024x720.jpg

Pour ce qui est de notre héros au choix vous utiliserez les épées, les lances, les haches et autres armes lourdes, sans oublier la lame secrète pour vous débarrasser de vos encombrants adversaires. Il est à noter que Bayek utilise un bouclier qui est au demeurant très pratique et permet quelques combos intéressants comme une poussée de l’adversaire provocant suite au déséquilibre qui s’en suit d’enchainer quelques coups intéressants. Pour les allergiques au bouclier vous pouvez utiliser deux lames !

Les combats sont parfois exigeants, surtout en arène mais ne sont pas insurmontables. Si le gameplay niveau contrôles se rapproche visiblement de celui de Dark Souls (je sais honte à moi je ne l’ai toujours pas joué) d’après la communauté il est loin d’en avoir la difficulté.

Comme nous parlions de RPG il faut outre l’aspect des compétences parler du matériel et de son évolution. L’interface de l’inventaire est ici plutôt pompée chez Destiny, ce qui n’est pas si mal, elle est assez claire et en toute cas rapide à manipuler. Le craft est simplissime. Les ressources collectées lors des rapines, des assassinats ou de la chasse (cette dernière vous prendra un peu de temps d’ailleurs si vous voulez augmenter tout votre équipement) permettent d’augmenter les éléments d’armure, les sacoches et la lame secrète de Bayek. Pour le reste le loot et les vendeurs d’objets permettent de faire évoluer son matériel. On retrouve les classique de type, commun, bon, rare. Ces derniers sont indexés sur le niveau aussi une arme légendaire de début de jeu ne servira pas à grand chose si vous le faites pas évoluer en la faisant améliorer par un artisan. Tout cela à un coût, assez élevé d’ailleurs pour les armes rares et légendaires, aussi il vaut mieux procéder à leur augmentation par palier de 10 niv. A noter également que le niveau max est de 40 mais que vous continuez à engranger de l’expérience pour les points de compétence ce qui vous permet comme indiqué précédemment de terminer l’arbre sans trop de difficultés.

http://www.evinnikova.com/wp-content/uploads/2018/01/fullscreen6-1024x720.jpg

Le sixième sens tu utiliseras

Le sixième sens ? Comme Spidey ? mauhh non rappelez vous bon sang, la vision d’aigle !!! Ah ! enfin ! et bien sauf que là la vision est vraiment celle d’un aigle, à savoir Senu le compagnon ailé de Bayek ! Ce qui somme toute explique assez bien le transfert petit à petit de la vision de l’aigle vers les autres personnages de la saga, car Bayek semble avoir un côté chaman qui lui permet de voir ou de sentir ce que voit Senu.

Comment ça fonctionne ? Et bien en fait comme le drone de Ghost Recon Wildlands. Je dois avouer que dès le départ je la sentais pas cette option, je me disais que c’était abusé. Et bien en fait non, c’est juste excellent ! D’une part il y a le plaisir immense de voler, comme un aigle, planer, se laisser tomber en piqué. Puis il y a le plaisir de survoler l’Egypte, et le travail réalisé par Ubisoft est ici fantastique. Il est facile de se laisser emporter par ce survol, juste pour contempler les terres, le désert, le Nil, les pyramides. Senu vous permets de repérer les adversaires, de les marquer, de localiser les trésors etc. Et au final sur un open world de cette taille ça ne vous pourri pas l’expérience, ça l’enrichit. D’autant plus qu’au départ le périmètre de détection de Senu est assez limité. Ce n’est qu’en activant nos bon vieux points de synchronisation en grimpant en haut des différents points de vue que le périmètre de détection évoluera.

C’est une réelle nouveauté pour AC ce survol de l’aigle, et c’est vraiment plus sympa que la vision d’aigle précédente.

http://www.evinnikova.com/wp-content/uploads/2018/01/fullscreen17-1024x720.jpg

Pour ce qui est des longues distances Bayek se déplace sur terre et sur eau très facilement, cheval, char, dromadaire, barque, tout est facile d’accès et d’un grand réalisme avec la possibilité de se déplacer rapidement entre les points de synchro. A noter que le jeu intègre également des phases de combat marins dans l’esprit de Black Flag mais en moins pratique de mon point de vue au niveau de l’interface, assez lassant au final et de peu d'intérêt, on aurait pu s’en passer sans que cela ne perturbe l'expérience de jeu.

http://www.evinnikova.com/wp-content/uploads/2018/01/fullscreen23-1024x720.jpg

Le parcours a été repensé et enfin, enfin ! il re-fonctionne de manière correcte, pour un peu il écraserait de nouveau celui de Talion dans l’Ombre du Mordor (j’ai pas testé la suite donc je ne sais pas si ça a évolué favorablement). Il faut quand même avouer que glisser le long d’une pyramide est grisant au possible !  Diriger Bayek est un véritable plaisir et pour un jeu dont une grande partie du gameplay est axé sur le parkour c’est la garantie que le travail a cette fois été bien fait.

http://www.evinnikova.com/wp-content/uploads/2018/01/fullscreen24-1024x720.jpg

Que dire d’autre ? Ubi a retenu la leçon, allant piocher chez les autres ce qu’il y a de meilleur. Certes ACO n’est pas et ne sera jamais un Witcher 3, mais je ne crois pas que ce soit là l’objectif, l’objectif était de se recentrer sur une licence qui a marqué toute une génération de joueur et qui s’est perdue en chemin. Comme toujours dans ces cas là quand on se perd il faut revenir à la source, aux origines (oui c’est facile :p) et Ubi le fait avec brio cette fois. C’est la renaissance d’un mythe, une nouvelle petite lumière qui promet de belles choses si l’ombre du profit ne vient pas à nouveau l’étreindre et l’étouffer jusqu’à l’éteindre, car dans ce cas la licence ne se relèvera pas.

Enfin il y a un petit mode photo très sympa (cf nos captures dans l’article ^^) pour se garder de belles mémoires de l’Egypte.

http://www.evinnikova.com/wp-content/uploads/2018/01/fullscreen09-1024x720.jpg

Il faut également noter que deux DLC sont prévus (en plus des events assez répétitifs du moment) ce qui je l’espère nous permettra de découvrir d’autres régions peu exploitées pour le moment.

Enfin Ubisoft a également indiqué l'arrivée d’un mode “Historique” permettant de se promener sur la map avec des informations sur les environnements et monuments (le codex m’a manqué c’est vrai) et sans les aspects quêtes et combats, dans le but d’éduquer un peu les joueurs que nous sommes et en particulier les plus jeunes, certains prof prévoyant déjà d’y avoir recours en classe ^^ (bon courage pour savoir qui va tenir la manette ! ).

http://www.evinnikova.com/wp-content/uploads/2018/01/fullscreen22-1024x720.jpg

Donc pour Elena et moi c’est un grand moment de bonheur que cette balade dans l'ancienne Égypte, et franchement Ubi bravo pour cet ACO, que les deux opus à venir soient aussi riches visuellement et encore plus immersif quand à l’histoire.

Benedyct

Toutes les images de cet article sont prises in game via l'option photo du jeu, sur Xbox One.

Si vous aimez les artworks vous pouvez acquérir "The art of Assassin's Creed Origins" dans l'édition TitanBooks. Personnellement j'ai beaucoup aimé ! Merci à mon Bibi et à Gabibi pour ce beau cadeau ! Elena

Leave a Comment